A+ A-

Secrets d'épaves. 50 ans d'archéologie sous-marine en Corse     

Du 7 juillet 2017 au 23 décembre 2017
Commissariat : Franca Cibecchini, docteur en histoire ancienne, responsable du littoral corse au DRASSM-MCC Commissaire associé : Marine Sadania, docteur en archéologie maritime
Partenariat : DRASSM
CTC

La Corse et ses plages. Une image qui fait la renommée de l’île en mettant en avant son incomparable patrimoine naturel littoral. Mais, c’est sans doute oublier que cette mer Méditerranée conserve également de nombreux trésors archéologiques, témoignages des liens multiséculaires que la Corse a tissé avec l’extérieur.
Aussi, cette année, en partenariat avec le Drassm-MCC, le Musée de Bastia consacre-t-il sa grande exposition temporaire à ce patrimoine méconnu qui résume pourtant plus de 2 500 ans d’histoire. De l’Antiquité à la Seconde Guerre mondiale, Secrets d’épaves, 50 ans d’archéologie sous-marine en Corse présente plus de 300 objets sur les deux niveaux de l’aile nord de l’ancien Palais des Gouverneurs. En introduction, un sas d’immersion permet au public de plonger dans le monde sous-marin grâce à une ambiance confinée, illustrée de vues sous-marines d’un chantier archéologique rappelant que la Corse a été pionnière dans cette discipline. Le coeur de l’exposition est constitué d’une séquence principale dédiée à l’Antiquité et notamment au commerce du vin, de l’huile, des métaux, des oeuvres d’art, etc. Il s’agit également de présenter les techniques de construction navale, spécialement des navires à dolia et quelques objets d’exception dont certains jamais exposés jusqu’alors. Les séquences suivantes portent sur la Corse médiévale, puis la Corse génoise, entre commerce et guerre, sans oublier les objets-témoins de la vie quotidienne à bord des navires. La dernière séquence concluant l’exposition est dédiée à la Corse à l’époque contemporaine à travers les épaves de la Seconde Guerre mondiale, un patrimoine encore méconnu du public.
Ce parcours à la fois chronologique et thématique présente de nombreux vestiges – dont certains spectaculaires – accompagnés de films, de photographies, de reconstitutions 3 D et de vidéos sous-marines. Des focus thématiques sont également développés, comme celui sur les techniques de recherche par grande profondeur.
Une exposition-événement révélant pour la première fois au public la richesse et la diversité du patrimoine archéologique sous-marin corse dans une scénographie qui nous replonge au coeur de la " grande bleue ".

 

Télécharger le dossier de presse



Affiche

Année 2016

Corsica genovese     

Du 9 juillet 2016 au 17 décembre 2016

Scuprite i ghjuvelli vostri,     

Du 26 avril 2016 au 21 avril 2016

D'america     

Du 31 mars 2016 au 7 mai 2016

Pasquale de Paoli, un mitu rumanticu     

Du 28 janvier 2016 au 5 mars 2016

Année 2015

Panorama sur les 25 ans de la collection du Centre Méditerranéen de la Photographie     

Du 23 octobre 2015 au 17 décembre 2015

Abîmes, Abysses     

Du 4 juillet 2015 au 4 octobre 2015

Journées nationales de l'archéologie     

Du 20 juin 2015 au 28 juin 2015

Aleria, une histoire photographique     

Du 20 juin 2015 au 19 décembre 2015

Année 2014

Expo-dossier sur le drapeau corse     

Du 9 décembre 2014 au 31 janvier 2014

En équilibre entre deux mondes. Guy Paul CHAUDER, Parcours de 1962 à nos jours     

Du 25 octobre 2014 au 31 janvier 2015

130 ans de création joaillière à Bastia. : l’atelier Filippi     

Du 19 juillet 2014 au 19 juillet 2016

être créateur à Bastia 1955-2014     

Du 5 juillet 2014 au 15 septembre 2014

Vacances d’artistes, 1956, Leonor Fini à Nonza     

Du 5 juillet 2014 au 15 septembre 2014

Ouvre-moi ta porte     

Du 1 juillet 2014 au 31 août 2014

L'Europe du silence - Corsica 1762     

Du 2 mai 2014 au 29 juin 2014

Louis de Casabianca (1904-1976), Une modernité corse     

Du 26 avril 2014 au 22 juin 2014
Commissariat : Audrey Giuliani
Partenariat : Ville de Bastia
Collectivité Territoriale de Corse

L’œuvre de Louis de Casabianca matérialise, tant sur le plan de l’architecture que de la peinture, l’expression d’une modernité corse.

Né dans une famille bourgeoise à Bastia en 1904, il développe très tôt un goût prononcé pour le dessin. Après son baccalauréat, il intègre à Paris l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs dans la section architecture, puis l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts. En 1934, il obtient son titre d’architecte avec mention très bien. Son style est alors marqué par l’art moderne et l’art décoratif alors en vogue en Europe.

Son premier grand projet est celui du Pavillon de la Corse réalisé dans le cadre de l’Exposition Internationale de Paris en 1937, pour lequel il décroche une médaille d’or.

En 1940, il est nommé Architecte des Monuments Historiques de la Corse et Architecte en chef des Bâtiments Civils et Palais Nationaux. Pour le compte du Musée National des Arts et Traditions Populaires, il mène dans l’île des enquêtes ethnographiques qui lui permettent de se familiariser avec le style et les matériaux architecturaux traditionnels qu’il intègrera à ses réalisations de conception moderne.

La période de l’après-guerre marque un tournant dans sa carrière professionnelle. Louis de Casabianca occupe successivement les postes d’Architecte du Gouvernement au service départemental des dommages de guerre, d’Architecte en Chef du Ministère de la Reconstruction pour le département de la Corse, et d’Architecte conseiller technique du commissariat général à l’Education et au Sport. A Bastia, ces différentes fonctions l’amènent à superviser la reconstruction de la ville, au service de laquelle il met ses connaissances d’architecte et d’urbaniste.

Ainsi, à partir de l’après-guerre, le paysage bastiais est-il particulièrement marqué par ses réalisations : le groupe scolaire de Toga, le Pouillon sur le Vieux-Port, le groupe d’habitation à loyer modéré de la rue Luce de Casabianca–Emile Sari, le Novelty, l’église Notre-Dame des Victoires dans le quartier de Lupino ou encore la manufacture de tabac Macotab à Furiani. Il réalise également les plans pour les collèges de l’Ile-Rousse et Vescovato.

Son activité ne se concentre pas uniquement sur Bastia et sur la Haute-Corse. On lui doit également une dizaine d’écoles en Corse-du-Sud comme à Sagone, Vico ou Propriano mais aussi, à Ajaccio, l’imposante demeure de fonction de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées et l’Inspection académique.

Parallèlement à son activité d’architecte, Louis de Casabianca ne cesse de dessiner, croquer, peindre. Ses sujets de prédilection restent les scènes du quotidien, la nature et les paysages corses.

Cette passion prend tout son sens en 1968, date à laquelle il décide de s’y consacrer entièrement et installe son atelier à Pietranera. Ses talents picturaux sont rapidement confirmés. L’exposition organisée en 1970 dans la galerie Ror Volmar à Paris rencontre un succès immédiat. D’une expression figurative colorée héritée de sa formation d’architecte, son œuvre évoluera rapidement vers  un style influencé par Nicolas de Staël, devenant l’une des plus novatrices de l’école corse moderne.

Riche d’une importante documentation : photographies, projets d’urbanisme, plans d’édifices, maquettes, croquis et tableaux, cette exposition regroupe plus d’une centaine d’œuvres de Louis de Casabianca provenant des collections du Musée, de collections publiques et privées dont la plupart sont inédites.


A l’occasion de l’exposition, un catalogue de 144 pages, abondamment illustré, est édité.




Eglise Notre-Dame-des-Victoires

Pêcheurs sur le Vieux-Port

Entre deux traits noirs, le blanc. Edmond Baudoin     

Du 3 avril 2014 au 10 avril 2014

UK Comics     

Du 3 avril 2014 au 27 avril 2014

"Une île" et "Lumière d'août : récits de Corse"     

Du 25 janvier 2014 au 15 mars 2014

Année 2013

La Libération de Bastia, (8 septembre-4 octobre 1943)     

Du 11 octobre 2013 au 15 décembre 2013

Polkapalace Episode 2 - Bastia, l'école     

Du 14 septembre 2013 au 31 décembre 2013

Fenêtres de l'âme - Insouciances     

Du 20 juin 2013 au 20 septembre 2013

Polkapalace « Episode 1 - récit d’une exploratrice »     

Du 2 mai 2013 au 4 septembre 2013

Rétrospective Marc-Antoine Mathieu     

Du 4 avril 2013 au 28 avril 2013

Théodore de Neuhoff, roi de Corse, prince des Chimères     

Du 23 mars 2013 au 15 septembre 2013

Escale de Mémoire - La mission photographique de lien social     

Du 25 janvier 2013 au 24 mars 2013

Atelier de pratique artistique sur la peinture napolitaine     

Du 8 janvier 2013 au 15 janvier 2013

Année 2012

Continent-Corse/Corse-Continent, traversée avec la SNCM     

Du 30 octobre 2012 au 30 novembre 2012

Peintures napolitaines, fragments de la collection Fesch     

Du 6 juillet 2012 au 15 janvier 2013

Barcarolle pour une Citadelle     

Du 6 juillet 2012 au 30 septembre 2012

Visioni di Bastia     

Du 25 juin 2012 au 3 octobre 2012

Programme d'Etudes en Corse 2012     

Du 18 mai 2012 au 3 juin 2012

Passion d'épaves     

Du 15 mai 2012 au 15 juin 2012

Bastia 43, l'occupation italienne vue par les enfants (1942-1943)     

Du 20 mars 2012 au 15 juin 2012

Année 2011

Croque ton quartier     

Du 13 septembre 2011 au 5 novembre 2011

Jean Mathieu Pekle, Le sculpteur de la Corse - 1868-1956     

Du 24 juin 2011 au 31 décembre 2011

Libérons les crayons ! avec le dessin de presse     

Du 9 juin 2011 au 29 août 2011

Le retable de San Nicolao     

Du 9 avril 2011 au 20 mai 2011

Le musée de Bastia accueille Rupestres !     

Du 31 mars 2011 au 6 avril 2011

Exposition de dessins de Dominique Goblet     

Du 31 mars 2011 au 6 avril 2011

Année 2010

Rétrospective des acquisitions 2005-2010     

Du 16 décembre 2010 au 31 janvier 2011