A+ A-

Les 7 première salles du 1er étage sont consacrées aux différents facteurs qui vont permettre à Bastia de jouer un rôle déterminant dans le développement politique et économique de l’île jusqu’au début du 20ème siècle.

Pouvoir politique :

Capitale politique génoise dans l'île du 15ème au 18ème en tant que siège du gouverneur, Bastia joue un rôle central dans la gestion des affaires insulaires durant toute cette période. Le visiteur découvrira comment elle s’intègre dans le Dominio de Gênes

Bastia présente un physionomie particulière par rapport aux autres colonies génoises telles Bonifacio ou Calvi. En effet, bien que les charges publiques soient interdites au Corses, elle est ouverte aux populations locales. Celles-ci vont se mêler aux soldats et fonctionnaires génois pour donner naissance aux premières familles de notables bastiais. Deux exemples sont présentés au Musée : les Cardi et les Tagliacarne. Parallèlement Gênes refuse de reconnaître le système de notabilité traditionnel Corse. Les familles nobiliaires de l’île telles les Farinole et les Favalleli sont dès lors incitées à aller chercher cette reconnaissance en se mettant au service d’autres grandes puissances comme le Grand Duc de Toscane. Elles ne rompent pas pour autant les liens avec Bastia. Du 16ème siècle à la fin du 17ème siècle cette oligarchie bastiaise change de physionomie et est principalement constituée de notables ruraux qui, à l’instar des Patrimonio migrent vers la capitale dotés d’un important capital.

Le 18ème siècle est une période troublée pour Bastia. De 1755 à 1769 elle demeure une enclave génoise au sein d’une Corse indépendante. Elle conserve une partie de ses prérogatives de capitale sous le royaume anglo-corse, avant de les perdre définitivement avec le retour des Français. Cette perte de statut s’accompagne d’une crise économique et identitaire. Elle produit de nombreux troubles dont l’insurrection de 1814. Mais elle n’entraîne pas la chute des familles notables locales. Elles vont au contraire s’adapter parfaitement au nouveau contexte, et conforter leur place par un savant jeu d’alliances matrimoniales et de stratégies politiques. Deux familles particulièrement emblématiques de ce phénomène sont présentées de manière détaillée dans le parcours du Musée : les Galeazzini et les De Casabianca.

Pouvoir économique :

Au début du 19ème siècle on assiste à une modification des attributions de cette élite. Elle délaisse progressivement l’armée et les charges de fonctionnaires pour se muer en la principale bourgeoisie entreprenariale de l’île, dont elle domine les activités financières, commerciales et l’industrie.

Le parcours est organisé autour de deux thématiques. La première illustre les liens entre le commerce et le capitalisme bastiais, et le rôle fondamental des activités maritimes dans leur développement. En effet, Bastia conserve et accroît le rôle que lui a attribué Gênes de centre névralgique de l'économie insulaire. Ses fonctions d'import-export couvrent une grande partie des besoins insulaires.

La seconde met en évidence les activités manufacturières des 18ème-19ème siècles ainsi que les activités industrielles des 19ème et 20ème siècles. Les exemples les plus représentatifs sont évoqués de manière détaillée : la mine de Cardo, les forges de Toga, l'entreprise Mattei et l'industrie du tabac.
 


Bastia siège de l'administration génoise

De Gênes à la France, Bastia au 18e siècle

Città maritima du 15e au 20e siècle

Città maritima du 15e au 20e siècle

L'industrie bastiaise aux 19e et 20e siècles